Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de MOSER CHRISTINE
  • Le blog de MOSER CHRISTINE
  • : J'ai l'intention de consacrer ce blog à deux de mes passions, la littérature et l'écriture. La première est facile à assouvir, la seconde s'entretient chaque jour. J'ai envie de parler de mes travaux d'écriture en tout genre : des récits et biographies écrits sur commande, des piges pour la presse, des lettres publicitaires, ou encore des histoires illustrées pour enfants. Les projets sont également nombreux...
  • Contact

Recherche

/ / /




Nouvelle parue dans le magazine MAXI n° 1080



En sonnant à la porte de l'appartement luxueux, Jean-Pierre est dans tous ces états. C'est pas croyable une telle coïncidence !
   — Bonjour , monsieur. Ravi de vous rencontrer. Vous êtes bien Antoine Masson, le célèvre écrivain ?
Antoine Masson ! Son visage apparait si souvent à la télé que même sans avoir rien lu de lui, tout le monde le connaît...Et surtout, Jean-Pierre lui voue un véritable culte. Ce dernier se sent bizarrement ému ; et amusé, aussi . A dire vrai, il est fier de l' étonnante ressemblance qui existe entre lui, Jean-Pierre, plombier, et Antoine Masson, célébrité. De véritables sosies !
Ce n'est pas leur unique point commun, car  depuis des années Jean-Pierre noircit des pages et des pages dans un but précis : ne pas se contenter de ressembler à Antoine Masson mais devenir un écrivain aussi célèbre que lui. La voix un peu cassante de l'homme en question le ramène à la réalité :
   — Il n'y a plus qu'un filet d'eau qui s'écoule du pommeau de la douche, c'est pour ça que j'ai fait appel à vous. Ah ! Il faudrait  vous montrer hyper-rapide pour réparer. J'ai un important cocktail, une remise de prix, et bien sûr je ne peux me permettre d'arriver en retard...
Jean-Pierre détecte immédiatement l'origine du problème. C'est le coup classique, le calcaire a bouché le système d'écoulement. Il se met au travail tandis que le ténor de la littérature surveillle ses gestes, l'air lointain. Malgré l'attitude distante de son client, Jean-Pierre tente d'engager la conversation :
 — Vous savez, j'ai lu tous vos romans et je les ai adorés. Vous avez un talent fou !
Visiblement, ce genre de compliment glisse sur l'écrivain comme l'eau sur les plumes d'un canard. Il interrompt assez brutalement son interlocuteur :
 — Vous avez bientôt terminé ?
D'abord vexé par ce manque de courtoisie, Jean-Pierre choisit de faire bonne figure, tente même d'amener Antoine Masson sur un autre terrain
 — Voilà, tout est rentré dans l'ordre, répond-il. Et après un moment d'hésitation, il ajoute : nous partageons la même passion, vous et moi...
L'autre se contente d'afficher une drôle de moue. Faisant fi de son mutisme, Jean-Pierre poursuit sur sa lancée :
 — Moi aussi, j'écris. Je suis plutôt doué d'ailleurs. D'après mon entourage, en tout cas.
Antoine Masson ne daigne réagir.  Visiblement, il n'accorde aucun crédit à l'éventuel talent de l'écrivain-plombier. Pas totalement découragé, Jean-Pierre attaque sur un autre front :
 —  Il n'y a rien qui vous saute aux yeux, Monsieur Masson ?
Puisque l'écrivain persiste à le toiser en silence, Jean-Pierre annonce triomphant :
 — Nous nous ressemblons beaucoup ! Chacun pourra vous l'affirmer.
Offusqué par cette remarque la célébrité a sur le bout des lèvres une réplique acerbe, pourtant il se ravise. Mais oui, cet enquiquineur a raison ! Ils se ressemblent, en effet, de manière troublante. Néanmoins, ce n'est pas une raison pour jouer les intimes, leur monde est trop dissemblable. Nul besoin de paroles, Jean-Pierre perçoit le mépris de son client et il a du mal à avaler la pilule. Inutile d'insister, l'autre n'acceptera jamais de lire son manuscrit, ni de lui donner des conseils, encore moins un coup de pouce. Bref, il n'a pas l'intention de lui offrir l'opportunité de devenir un Antoine Masson bis. Alors, puisque c'est ainsi, Jean-Pierre decide qu'il sera, lui, Antoine Masson l'unique. 
Ce dernier, pressé de se débarraser du plombier collant et limite schizo, se dirige vers son bureau afin de lui signer un chèque. Deux pas après il s'affaisse lourdement sur le sol. Jean-Pierre contemple, perplexe, son corps sans vie. Bon sang ! Qu'est-ce qui lui a pris de l'assommer ? Peut-être était-ce le geste à accomplir afin que la grande roue du destin tourne en sa faveur..Allez, il s'occupera du corps de Masson plus tard.
D'abord, il se déshabille afin de revêtir sa victime de son bleu de travail. Puis, il passe le costume, griffé d'un grand couturier, protégé dans sa housse de pressing cela va de soi. La chemise, il l'a choisie lilas clair. Quant aux chaussures, qui ont dû coûter une fortune, il s'y sent aussi à l'aise que dans des pantoufles. Fin prêt, il attrape les clés de la voiture qui traînent sur le guéridon de l'entrée, à côté du carton d'invitation au cocktail.
Une meute de journalistes joue des coudes dans l'objectif d'approcher la voiture que Jean-Pierre abandonne aux mains d'un voiturier. Des flashs crépitent, des micros se tendent. Que c'est agréable d'être une vedette ! Souriant, Jean-Pierre profite de cette heure de gloire. Pas de doute, il est né pour ça !
"Heure" est le mot adéquat. Car, dans peu de temps, il sera appréhendé pour le meurtre incompréhensible d'un plombier. Le corps de celui-ci a été trouvé dans l' appartement de la star par la femme de ménage. Et, surtout, la concierge d'un immeuble voisin a relevé qu'Antoine
Masson avait des yeux de fou quand il s'est enfui au volant de sa voiture...

Partager cette page

Repost 0
Published by