Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de MOSER CHRISTINE
  • Le blog de MOSER CHRISTINE
  • : J'ai l'intention de consacrer ce blog à deux de mes passions, la littérature et l'écriture. La première est facile à assouvir, la seconde s'entretient chaque jour. J'ai envie de parler de mes travaux d'écriture en tout genre : des récits et biographies écrits sur commande, des piges pour la presse, des lettres publicitaires, ou encore des histoires illustrées pour enfants. Les projets sont également nombreux...
  • Contact

Recherche

/ / /





Nouvelle parue dans le magazine Maxi n° 1110




D' après ses copains, Nick est un dur qui se fiche de tout. Alors, sa réputation en prendrait un coup si on le voyait, comme maintenant, pleurnicher pire qu'une fillette. Mais, Nick se moque de ce que les autres pourraient penser. Il a de la peine et l'exprime sans pudeur, à grands coups de poing dans le punching-ball qui trône dans sa chambre.
La raison de ce trop plein d'émotions ? Ce matin, il a surpris une conversation. Sa mère évoquait la " relation " qu'elle entretenait avec ce foutu crabe. Le crabe... C'est ainsi que les gens appellent le cancer quand ils n'osent pas dire le vrai mot. Il était sur le point de partir pour le lycée quand il l'a entendue parler au téléphone. Habituellement, à cette heure-ci, elle était déjà en route pour son bureau. Il s'est approché afin de glaner quelques infos, et là, le choc. Elle était en chemise de nuit, recroquevillée sur un fauteuil, la mine livide. Nick a vite réalisé que Mina, sa meilleure amie, était à l'autre bout du fil. La conversation lui échappait en partie mais, grosso modo, Nick a saisi qu'elle jetait l'éponge car, en fin de compte, le crabe causait trop de dégâts, et de toute façon, il était à chaque fois le plus fort. Elle avait ensuite prévenu son chef : aujourd'hui, elle n'aurait pas la force de venir travailler ; elle était trop mal. Nick avait observé sa mère en douce. En effet, de fines gouttes de sueur perlaient sur son front.
Nick continue de boxer rageusement son punching-ball : "C'est dégueulasse, c'est trop injuste. Elle n'a pas le droit de mourir ! Dans très longtemps, peut-être, quand ses cheveux seront devenus des fils blancs et qu'elle se déplacera péniblement avec une canne, on en reparlera. Mais pas maintenant ! D'abord, elle a à peine plus de 40 ans ; elle est jeune, elle est belle", répète-t-il entre ses dents serrées, tout en frappant fort.
Nick adore sa mère. Sans le lui dire, bien sûr, car il est impossible de sortir ce genre de déclaration de la bouche d'un ado. En vérité, elle a rusé afin de lui cacher sa maladie. Pourtant,  elle n'aurait pas pu faire illusion encore bien longtemps. D'habitude, elle réussit à donner le change, néanmoins ce matin, elle a autorisé l'ennemi à prendre le dessus. Le pire est qu'elle refuse de se battre contre son mal. Elle a choisi de baisser les bras. Oh ! elle s'est bien gardée de se confier à son fils, peu importe, il n'est pas sourd !
Les pièces du puzzle se sont tout à coup assemblées dans la tête du jeune garçon. Cette saleté de cancer rongeait sa mère sans doute depuis un moment. Plusieurs mois, peut-être. Oui ! Car il y a longtemps que les premiers changements liés à la maladie se sont manifestés. Cela date de l'époque où elle avait rencontré un nouveau compagnon, puisque le père de Nick les avait quittés il y a un bail. Sa mère a commencé à mincir, ses joues se sont creusées et on pouvait comprendre maintenant que, si elle se maquillait un peu plus, c'était pour donner le change. Le crabe avait commencé son oeuvre, son sale boulot. Et quel malin plaisir il y prenait ! Il s'est même attaqué à sa chevelure, le salaud . Ainsi, la mère de Nick a du se résoudre à sacrifier ses longs cheveux blonds. De ce fait, un soir elle a franchi le seuil de l'appartement, affichant sa coupe courte couleur chocolat. L'adolescent  a cru être en présence d'une inconnue, tant le changement était saisissant. "J'avais envie de changer de tête", a-t-elle prétendu, comme il s'étonnait de la métamorphose. Aujourd'hui, Nick comprend mieux. Sa nouvelle coiffure était en réalité une perruque. A cause de la chimio, elle perdrait tôt ou tard ses cheveux, alors elle avait pris les devants en les rasant. D'ailleurs, elle avait totalement changé d'hygiène de vie. Elle s'était mise à cuisiner des plats diététiques, se ralliant aux conseils des magazines féminins. Elle s'efforçait, en outre, de paraître gaie, joyeuse. A cette époque, elle espérait, naîvement, ralentir la progression de la maladie.
Autre chose aurait également dû alerter le jeune garçon : elle voulait qu'il passe du temps en compagnie de son père, alors qu'un bataillon de courts-circuits parasitait leur relation. En toute logique, Nick s'était rebellé. Et sa mère avait insisté, prétextant que Nick avait besoin de la présence paternelle, et qu' elle-même tenait à se rapprocher de son nouveau compagnon. Tu parles d'un pretexte, oui ! C'était sûrement dans l'idée de préparer son fils à sa nouvelle vie. Une vie d'orphelin...
L'angoisse vrille le ventre de Nick. il n'en peut plus, si bien qu'il se décide à rejoindre sa mère, toujours recroquevillée sur le canapé. Elle n'a pas l'air davantage dans son assiette que ce matin. Elle lève vers lui un regard fatigué. "Oh ! Nick, mon chéri, je suis une mère indigne. Si tu as faim, il y a des pâtes au poulet dans le frigo. Il te suffit de les réchauffer trois minutes au micro-ondes. Moi, je ne peux rien avaler. J'irai mieux demain et je te préparerai quelque chose que tu aimes. D'accord ?" En guise de réponse, l'adolescent lui saute au cou. Dans la foulée, il déballe tout : il lui dit qu'il l'aime, qu'il refuse de vivre chez son père et, surtout, qu'il lui interdit de mourir. Ensemble, ils vont faire la peau au crabe. Point final !
La malade commence par ouvrir la bouche, comme si elle était étonnée d'un tel discours. Puis, une sorte de sourire passe dans ses yeux. Son fils est une boule de tendresse sous ses airs de matamore, en fin de compte. C'est un garçon formidable, elle n'en a jamais douté. Mais, une petite grimace de douleur efface son sourire. Elle se laisse tomber sur le dossier du canapé en soupirant : " Moi aussi je t'aime très fort, Nick. Et je déteste l'idée de mourir. Mais, crois-moi, je ne suis pas pressée ! Je te fais aussi une promesse : je laisse tomber le crabe. J'adore ça, mais je le digère très mal, surtout accompagné d'une tonne de mayonnaise. C'est à chaque fois pareil. J'ai fait une entorse à mon régime hier soir au restaurant et, aujourd'hui, j'en paye le prix. Tiens, tu ne m'as encore rien dit à ce propos. Tu avais remarqué un changement chez  moi ? Je veux perdre une ou deux tailles. Pour la robe. Je crois bien que je vais me remarier...

Partager cette page

Repost 0
Published by